• Précédent
  • Suivant

Joost Declercq et Charlotte Crevits, une vision du dessin partagée

Joost Declercq et Charlotte Crevits rejoignent l'équipe d'Art on Paper en tant que directeurs artistiques et ce pour les trois prochaines éditions du salon. C'est à l'occasion d'une interview croisée qu'ils nous ont partagé leur vision du dessin et leurs ambitions pour le salon, Art on Paper.

Joost a fait toute sa carrière dans le secteur culturel. En 1986, il fonde sa galerie 'Joost Declercq' à Gand, présentant une génération d'artistes post-conceptuels (Jan Vercruysse, Jean-Marc Bustamante, Gerhard Merz...) ainsi que de jeunes artistes (Berlinde De Bruyckere...). De 1992 à 2004, il travaille pour des fondations privées et publiques, telles que la Fondation Hans Hartung et Anna-Eva Bergman à Antibes et la Fondation Roi Baudouin, ainsi que sur divers projets en Flandres. De 2004 à 2020 il est directeur du Musée Dhondt-Dhaenens (MDD) à Sint-Martens-Latem. Il travaille aujourd'hui comme consultant culturel pour diverses fondations privées.
Charlotte a étudié l'histoire de l'art à Gand et travaille depuis comme curatrice indépendante. Elle a notamment travaillé en tant que freelance pour des institutions telles que le Camden Arts Centre et la Chisenhale Gallery à Londres et le S.M.A.K. à Gand, avant de travailler avec Joost de 2016 à 2020 en tant que curatrice au MDD. En plus de sa fonction de directrice artistique au sein d'Art on Paper, Charlotte est la curatrice du Cc Strombeek depuis janvier 2021.

Quelle est selon vous la spécificité d’Art on Paper ?

Charlotte Crevits - Art on Paper est un salon d’art qui se concentre sur une niche – ce qui est tout à fait unique dans le monde des foires d'art. Ce focus sur un support spécifique, le dessin, nous permet de se concentrer sur sa qualité et sa pluralité. Le fait que le salon n’est pas trop grand, il y a 40 galeries participantes, permet également un tel approfondissement du médium.

Le dessin n'a pas seulement une longue histoire, pour de nombreux artistes, il occupe également une place particulière dans leur pratique artistique. Le dessin est souvent une première traduction directe de certaines émotions, idées ou pensées, qui se développent ensuite dans l'œuvre. En ce sens, le dessin est un outil très personnel.

Joost Declercq – A côté de son statut de forme de base vers un autre médium, le dessin fonctionne bien sûr aussi de manière très indépendante. La particularité de Art on Paper est également le lieu dans lequel il prend place. Le fait qu'une foire ait lieu dans une institution culturelle de grande tradition, BOZAR, est remarquable si l'on considère que les foires sont généralement organisées dans un lieu commercial. A BOZAR, par contre, vous êtes au cœur d'un des principaux centres culturels de la Belgique.

Quels sont les plus gros défis de l'édition 2021 du salon ?

JD – Le défi principal est très certainement de faire en sorte que le salon puisse avoir lieu comme les années précédentes et accueillir le public de la manière la plus sûre possible. Après une année particulièrement difficile en raison de la Covid-19, son organisation optimale sera l'un des plus grands défis. Art on Paper veut apporter au moins la même qualité que les années précédentes, voire être encore plus qualitatif en 2021.

CC - En effet, l'année prochaine, il sera essentiel de confirmer et de renforcer la qualité et la valeur ajoutée d’Art on Paper. En 2021, nous voulons affirmer l'identité unique de ce salon et élargir encore sa visibilité et sa portée.

JD – Ce sera de toute façon un défi de revivre l'art physiquement. Quelque chose qui nous a manqué à tous.

CC – La particularité du dessin fait qu’il invite automatiquement à une expérience intime et individuelle. Après tout, l'essentiel réside dans les détails, tels que les lignes, le grain du papier, la dureté du crayon, l'ombre et la profondeur. En ce sens, le salon est diamétralement opposé à la consommation rapide et à l’expérience furtive d'une foire d'art traditionnelle.

Comment souhaitez-vous positionner Art on Paper dans les trois prochaines années ? Quelle direction voulez-vous donner au salon ?

CC - Art on Paper se veut plus qu'un salon d'art. Il fonctionne plutôt comme une plateforme généreuse, un catalyseur qui attire l'attention sur le dessin et permet ainsi de le valider et de le faire voir par les différents acteurs du secteur artistique. Faire du dessin une évidence est une mission en soi.

JD - La tâche la plus importante est, en effet, de sortir le dessin de sa position subalterne. Il y a des chefs-d'œuvre en dessin qui sont au moins aussi importants que les chefs-d'œuvre d’autres médiums. Ce serait fantastique que dans quelques années il n'y ait plus de distinction entre les médiums, que l’on ne parle plus du dessin comme une sorte de ‘petit frère de’.

Nous voulons convaincre d'importantes galeries d'être présentes de manière permanente sur le salon et créer une forte synergie entre le public, les institutions culturelles, tel que BOZAR, et les institutions privées. Il faut une plus grande collaboration entre les collectionneurs, les maisons de vente aux enchères, les musées, les conservateurs, les écoles d'art, etc afin de réellement mettre ce médium en avant.

CC - Afin d'augmenter encore la visibilité du salon, un artiste sera également invité pour chaque nouvelle édition et endossera un rôle d’ambassadeur. Au cours des trois prochaines années, nous voulons également élargir la sélection de dessin. Nous nous efforcerons de présenter sur un pied d'égalité les dessins provenant de cultures occidentales et non-occidentales, avec l’idée d’éliminer toute distinction et d’en faire une évidence.

Vous soulignez l'importance actuelle et historique du dessin. Comment Art on Paper, BOZAR et leurs partenaires peuvent-ils travailler ensemble pour accroître l'intérêt porté à ce médium ?

JD - Afin de montrer le large spectre du dessin, nous nous éloignons premièrement des présentations purement monographiques et soulignons également le caractère historique du dessin. Deuxièmement, nous projetons d’organiser une vente aux enchères de dessin en partenariat avec une maison de vente de renom. Et finalement, nous envisageons de concevoir une exposition complémentaire et curatée à BOZAR. D'une part, nous voulons accentuer l'importance économique du dessin par le biais d'une vente aux enchères, et d'autre part, l'importance intellectuelle, historique et artistique par le biais d'une exposition.

CC – Dans les institutions actuelles, le dessin dans les expositions et les présentations de collections est généralement l'exception plutôt que la règle. L'édition 2021 coïncide avec une exposition à BOZAR des dessins de l'icône anglaise David Hockney. Un coup d'envoi fantastique qui nous ferait souhaiter d'autres expositions de ce type dans le futur.

Art on Paper a initié la Brussels Drawing Week en 2019, quelle est votre vision pour les futures éditions de cet événement célébrant la pluralité et la diversité du dessin ?

JD - Nous sommes très heureux d'un tel événement qui ne peut qu'accroître l'enthousiasme, le dynamisme et la diffusion du dessin. Après tout, cet événement hors site implique divers artistes, institutions artistiques, fondations et écoles d'art dans toute la ville. Ce format sera certainement poursuivi et élargi avec de nouveaux partenaires. Il serait formidable que les institutions bruxelloises incluent sciemment la Brussels Drawing Week comme un événement récurrent dans leur programmation annuelle.

ccrevits
JDeclercq
previous
next

Exposition 'Philippe Vandenberg – Molenbeek' à BOZAR

BOZAR expose les œuvres sur papier de l’artiste belge, Philippe Vandenberg dans l’exposition 'Molenbeek' à visiter jusqu’au 24 janvier 2021

Il s’agit de la première exposition solo en Belgique de Philippe Vandenberg (1952 – 2009). Celle-ci retrace ses dernières années de vies passées à travailler dans son atelier à Molenbeek. Ses dessins sont des observations de la commune qu’il vit comme ‘burlesque’ : ‘‘un lieu imaginaire où traumatismes personnels et collectifs s’entremêlent avec les problématiques des grandes villes et conflits mondiaux’’.

Plus d’informations sur les visites : bozar.be
Et sur l’artiste : philippevandenberg.be
Visitez l’expo en ligne : bozar.be/magazine
 

©EstatePhilippeVandenberg
©EstatePhilippeVandenberg
©EstatePhilippeVandenberg
©EstatePhilippeVandenberg
previous
next

Un coup d'oeil à Art on Paper 2019

L'édition 2019 d'Art on Paper s'est tenue du vendredi 25 au dimanche 27 octobre à BOZAR, Bruxelles.

Liste des exposants 2019 : galeries
Lauréats de l'Eeckman Art Prize et SOFAM Prize : prix
Photos : galerie photos
Brussels Drawing Week 2019 : drawingweek.brussels

https://www.artonpaper.be/sites/default/files/video-thumbnails/2021-01/AOP%2019%20Aftermovie.mp4
previous
next